Achillée Millefeuille

Le jaune, c’est décidément la couleur que le monde végétal semble nous offrir le plus largement. Il serait ainsi très facile de dénicher une plante de notre environnement qui produise du jaune, alors qu’il faut se tourner vers des espèces bien précises et pas forcement locales pour tirer du bleu ou du rouge. Encore plus si on souhaite une couleur grand teint. Après, comme je ne crois que ce que je vois (ou presque), nous aurons très probablement l’occasion de vérifier tout cela à l’avenir!

Le mois dernier, j’ai ainsi eu la chance de pouvoir récolter des fleurs d’achillée millefeuille sur un site où elle pousse en abondance. J’adore l’odeur de ses fleurs, que je trouve très champêtres, et si j’ajoute ses propriétés médicinales (à ce propos très intéressantes pour nous autres de la gente féminine) à ses propriétés tinctoriales, elle en devient une sorte de plante « super-héroïne » tant elle est parfaite sous tous points de vue.

achilée millefeuille; teinture; teinture végétale; teinture tissu; diy; do it yourself; teindre avec plantes

Quel procédé?

J’ai donc récolté un peu plus de 100g de fleurs, et je les ai laissées sécher deux jours avant de les plonger dans l’eau pour réaliser le bain de teinture.

Toujours pas d’eau de pluie à disposition, mais le récupérateur est commandé, et il ne devrait plus tarder à arriver. Voilà qui devrait optimiser mes résultats à venir, l’eau de pluie étant exempte des composés chimiques, présents dans celle du robinet et susceptibles d’interagir de façon non désirée dans le processus de teinture.

Comme pour le séneçon, je vous ai fait une fiche explicative de ma recette:

recette teinture; achilée millefeuille; diy; do it yourself; teinture végétale; teinture tissu; teinture; teindre avec plantes

 

Résultat?

Cette fois, le ratio quantité de tissu/quantité de fleurs a été bien plus faible que pour le séneçon, et mon tissu mordancé l’a été avec une concentration beaucoup plus élevée, et pourtant, le résultat est beaucoup plus pâle! Je n’ai pas encore d’explications, mais si vous en avez, n’hésitez pas à m’en parler en commentaire!

Voici une photo des échantillons testés:

Teinture végétale; Achilée millefeuille; teinture textile; diy; do it yourself; teinture

Donc, comme vous vous y attendiez depuis le début de l’article, le résultat a été dans le ton jaune. La nuance, cette fois, va vers le beige/crème. Difficile de qualifier cette couleur, tant elle est changeante selon la lumière. Oui, à l’œil nu, donc je ne vous raconte pas avec l’appareil photo! J’ai néanmoins essayé de choisir les photos les plus fidèles possibles…

Une chose est sûre, la laine ne prend pas du tout la couleur de la même façon que le coton! Mordancée de la même façon, le coloris obtenu est d’un jaune beaucoup plus soutenu.20170730_232241

Malgré tout, je trouve le résultat un peu gris… la couleur manque d’éclat. Cela se voit d’autant plus sur la laine. Je me pose la question de l’ébullition lors de la phase de teinture… est-elle vraiment nécessaire? Peut-elle avoir un impact sur la qualité de la couleur? Ou est-ce le mordançage? Ou le nettoyage préliminaire?

Je viens de réaliser de la teinture avec des feuilles de frêne. Je vous en parlerais prochainement, mais le résultat n’a pas du tout été raccord avec mes attentes… En revanche, j’adore la teinte obtenue!

Seneçon…

Cette année, il y a une zone de mon jardin que j’ai laissée sauvage. Les plantes, installées là par nos soins ou non, poussent ainsi librement. Dans ce massif, une plante s’est avérée pousser en grand nombre. Après quelques recherches, j’ai pu découvrir qu’il s’agissait de Séneçon.20170625_130347[1]

Je ne suis pas assez experte en botanique pour être parfaitement certaine de la variété de ce séneçon, mais tout porte à croire qu’il s’agit du Senecio jacobaea, le Séneçon jacobée.

Face à cette profusion de fleurs à venir, je n’ai bien entendu pas pu m’empêcher de me demander si je pourrais les exploiter pour mes expérimentations tinctoriales!

Les livres que j’ai à ma disposition, dont je vous parlerais prochainement, ne me permettant pas de répondre à cette question, je réalisé quelques recherches sur Google, pour y trouver quelques vagues mentions aux propriétés tinctoriales du spécimen vulgaris… C’était suffisant pour me donner envie de faire l’expérience!

Alors vous me direz, et vous auriez un peu raison, faire sa première fois sur une plante dont on est pas sûre des effets, sans trop savoir comment s’y prendre, ni avec quoi… c’est un peu risqué!

Mais qui ne tente rien n’a rien, n’est-ce pas? C’était plus fort que moi, mon esprit expérimentateur ayant déjà pris le contrôle…

J’ai donc trouvé une recette de base pour la teinture de la laine avec de la verge d’or. Mordancée à l’alun.

Il allait s’agir, maintenant, de s’en inspirer pour réaliser une teinture sur coton…

Je vous laisse découvrir la fiche expérimentale:

Seneçon infographie

La bonne nouvelle, c’est que j’ai obtenu un résultat!

Non, parce que bon… c’était ma première fois, alors je n’étais sûre de rien!!

Du coup, j’étais très contente, et je vous laisse voir le résultat:

Senecon 17_07_17.png

En haut, il s’agit des échantillons non mordancés (échantillons témoins), et en bas, des échantillons mordancés à l’alun. A gauche, c’est la flanelle de coton; au milieu, le drap; à droite l’étamine coton/polyester.

A l’origine, les tissus sont blancs légèrement écru pour le drap de coton, et écru/naturel pour la flanelle et l’étamine.

J’avais utilisé les mêmes textiles échantillons pour mon premier essai avec le bois de campêche alunisé. Comme cette fois-là, la flanelle a fortement absorbé la couleur, avec un rendu plus prononcé que sur les deux autres. L’étamine, qui contient du polyester, a pris la teinte de manière beaucoup moins uniforme.

Avec le recul sur cette première expérience, ça me chagrine qu’il n’y ai quasiment que du coton. J’aimerais, à l’avenir, réaliser des essais sur des matériaux supplémentaires. La laine, la soie et le lin, notamment. Le lin, parce que c’est une matière que j’aime travailler en couture. La soie, c’est plus par curiosité, car je vois dans les livres qu’elle ne prend pas du tout la couleur de la même façon (et le mordançage semble se faire à froid!).

D’ailleurs, je vous prépare actuellement un article sur le vaste sujet du mordançage. Il y a tant à découvrir sur le sujet! J’espère pouvoir vous le publier prochainement.