Grand teint, bon teint, petit teint?

En commençant mes recherches sur le sujet de la teinture végétale, je suis tombée sur des termes qui m’ont laissée perplexe.

Que signifiaient la dénomination « grand teint », « petit teint » ou encore « bon teint »? Toutes les teintures ne se valent donc pas toutes?

Mon premier constat a été que ces appellations semblaient liées à une plante, ou encore à un procédé de teinture. Il fallait donc creuser, car si je souhaitais me lancer dans les expériences, ça allait probablement m’aider à anticiper certains résultats ou certaines difficultés.

Je me suis débord penchée sur la littérature. Je suis allée emprunter tout ce que j’ai pu trouver sur la teinture à la médiathèque de ma ville. J’allais bien trouver quelque infos là dedans!

Histoire

C’est dans le livre Plantes à Teinter de Chantal DELPHIN et Eric GITTON que je trouve mes premières informations sur le sujet. Dans une partie dédiée à l’histoire de la teinture en France, ils nous expliquent que le petit teint est meilleur marché à produire que le grand teint, et que la loi obligeait les teinturiers à apposer un sceau mentionnanthttps://i0.wp.com/books.openedition.org/editionscnrs/docannexe/image/8176/img-2-small700.jpg le type de teint de façon bien visible sur leur étiquetage. De même, ils avaient pour interdiction de mélanger des fibres teintées « grand teint » et « petit teint » dans un même drap de tissu.

Je commence donc à comprendre que la différence entre les deux est de taille, à tel point qu’en France, elle fit l’objet d’une règlementation très stricte dès le XVe siècle.

 

Définition

C’est dans un ouvrage de recettes que je trouve des informations plus complètes. Le livre s’appelle Teintures Naturelles – plus de 130 recettes expérimentées et partagées Grand Teint- Petit Teint, de Karin DELAUNAY-DELFS. Il nous livre une belle définition, extraite de l’Encyclopédie de Diderot:

« Teint, s. m. (Teinture) l’art de teindre par rapport aux étoffes de lainerie se distingue en France en grand et bon teint, et en petit teint. Le grand teint est celui où il s’emploie  que les meilleurs drogues, et celles qui font des couleurs assurées. Le petit teint est celui où il est permis de se servir des drogues médiocres, et qui font de fausse couleurs. Les plus riches étoffes sont destinées au grand teint, et les moindres sont réservées pour le petit teint. »

Le grand teint et le bon teint, ça semble donc être la même chose. Ils se distinguent du petit teint par la qualité des procédés et des substances utilisées pour teindre.

C’est un peu plus loin que je trouve enfin la réponse à ma question!

[…]Pour assurer une perfection constante dans les teintures de laines, les anciens et nouveaux règlements ont distingué deux manières de teindre les laines ou étoffes, de quelques couleurs que ce soit. L’une s’appelle teindre en grand et bon teint. L’autre teindre en petit ou faux teint. La première consiste à employer des drogues ou ingrédients qui rendent la couleur solide, en sort qu’elle résiste à l’action de l’air, et qu’elle ne soit que difficilement tachée par les liqueurs âcres ou corrosives; les couleurs de petit teint au contraire passent en très peu de temps à l’air, et surtout si on les expose au soleil, et la plupart des liqueurs les tâchent, de façon qu’il n’est presque jamais possible de leur rendre leur premier éclat.

Le grand et bon teint va donc être une teinture réalisée avec les meilleurs ingrédients végétaux, et des substances chimique qui vont en révéler les meilleures qualités.

Elle va résister à la lumière, ainsi qu’à des lavages répétés, et la couleur sera bien franche et prononcée.

Le petit teint, lui, va être réalisé à partir d’ingrédients de second choix, et selon des procédés de fabrication plus simples, nécessitant moins d’ajouts.

Le résultat donnera des couleurs plus pâles et plus éphémères.

 

Quelles plantes sont concernées?

Nous possédons le fruit d’un vaste travail déjà effectué au fil des siècles, nous permettant de connaître les propriétés bon teint ou petit teint d’une plante.

Ainsi, il existe un répertoire des plantes qualifiées de grand teint.

Gaude
Gaude (Reseda luteola)

Historiquement, il s’agissait de la gaude pour le jaune, de la garance pour le rouge, et du pastel pour le bleu. Le savant mélange des trois permettant d’obtenir la totalité de la palette de couleurs possible.

 

Garance
Garance (Rubia tinctorum)

Aujourd’hui, la liste s’est quelque peu étoffée, Ainsi,  l’indigo a rejoint le pastel pour l’obtention d’un bleu grand teint, la sarriette et le genêt, pour leur part permettent des jaunes grand teint, et le carthame a rejoint les rouges. Enfin, les plantes à tanin comme le châtaignier, le chêne ou le noyer sont également définies comme bon teint.

Pastel des teinturiers
Pastel des Teinturiers (Isatis tinctoria)

Il faut tout de même préciser qu’une plante comme la gaude, selon qu’elle soit mordancée ou non, donnera un grand teint ou un petit teint. Le mordançage est donc déterminant dans le résultat obtenu.

En tout cas, il est certain que je vais tester!!

 

2 Comments »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s